︎Une page d’amour

      𝔰𝔥𝔬𝔱 𝔬𝔫 𝔣𝔦𝔩𝔪, 𝔭𝔯𝔬𝔠𝔢𝔰𝔰𝔢𝔡 𝔟𝔶 𝔥𝔞𝔫𝔡



Une page d’amour est un projet d’archivage visuel de l’intimité et des moments de tendresse partagés entre personnes queer.

Quand je photographie le monde, je ne peux rien en tirer que l’amour fou qui y fleurit. J’enchaine, je collectionne les histoires d’amour, les histoires de vies. On est pudiques dans l’amour, ça ne se dit pas, combien on s’aime, et puis comment. Comment on tombe amoureux quand on est pédé, quand on est gouine, quand on est trans et que le monde dehors nous tabasse. Moi maintenant je peux le dire : on s’aime mieux que les autres. On s’aime mieux que les autres parce qu’on sait ce que c’est, la violence,
et la haine. On s’aime plus tendrement parce qu’on sait ce que c’est d’avoir mal. Dans nos lits on se caresse, on se touche la peau, on y laisse des traces. On s’aime sans histoires, avec des tonnes de bagages, on se demande en mariage parce qu’on pense à faire la fête, après, parce qu’on sait qu’on meure plus vite que les autres, alors on voudrait que ça dure. On a un, deux, dix amoureux.
A chacun.e on dit je t’aime et à chaque fois c’est vrai, c’est immense, c’est unique dans la multitude.


On s’aime mieux que le monde, puisqu’on est notre propre maison. On est tous les endroits où l’on a déposé nos blessures, tous les terrains amis, où quelqu’un les a pansé. On est leurs mains qui nous on bercé, on est la première histoire d’amour, la dernière, on devient toute chose puisqu’on aime sans limite.

Dans nos histoires d’amour que le monde censure, dans nos multiples morts nous renaissons toujours là où l’amour nous cueille. Là où il nous repose. Et nous offre une trève.


Une partie de cette série a donné naissance à l’exposition Je suis tous les endroits où l’amour m’a fait naitre, présentée à la galerie That’s What X Said, en juin 2022.


Un accompagnement muscial pour cette série ici.