︎LA FÉE MORGANE


La nuit t’arrache à moi n’est pas le premier livre que j’ai écrit après la mort de mon amoureux, en 2015. Le premier, le tout premier, je l’ai achevé en 2016, il s’appelait Viser la tête. C’était un très long manuscrit, pas très bon je crois, mais qui, quand je le relis, me rappelle à beaucoup de choses que j’étais, beaucoup de lieux, beaucoup de gens. Les personnages, inspirés des légendes arthuriennes, étaient nombreux, déjà avec elles et eux je construisais des images, plus tard mon amie Lou essayera même d’en faire un film. On est très jeunes, à ce moment là, alors ça n’aboutît a rien, mais on fait quelques rushs, j’écris un scénario qui découle du manuscrit.
Dedans, Morgane, qui vit sous des néons, qui porte des vêtements compliqués et des ongles immensément longs. Morgane, comme la fée, dans les livres.

Sur ces photos, Morgane, la vraie, pas comme dans les livres. En développant la pellicule je repense au manuscrit, à Morgane écrite et Morgane prise en photo. Je lui dit « tu sais, il y a longtemps, j’ai écrit un livre avec une fille qui te ressemblais beaucoup… » il y a six ans j’avais imaginé Morgane avant de la rencontrer. J’ai l’impression que ces images ont toujours existé dans mon esprit. J’ai été complètement obsédé par ce personnage, je l’ai écrit pendant plusieurs années, ensuite.

Sur ces photos, Morgane, la vraie, pas comme dans les livres. En développant la pellicule je repense au manuscrit, à Morgane écrite et Morgane prise en photo. Je lui dit « tu sais, il y a longtemps, j’ai écrit un livre avec une fille qui te ressemblais beaucoup… » il y a six ans j’avais imaginé Morgane avant de la rencontrer. J’ai l’impression que ces images ont toujours existé dans mon esprit. J’ai été complètement obsédé par ce personnage, je l’ai écrit pendant plusieurs années, ensuite.
Au hasard de mes manuscrits pas finis, elle a conduit des voitures sous le nom d’Andromaque, servi des verres dans des bars et s’appelait Cui-Cui, son mec était un loup mais elle s’en foutait un peu, elle existait même dans mon tout premier livre, en 2011, cette fois elle s’appelait Calypso. Toujours la même image de la même fille qui porte les mêmes couleurs, les mêmes cheveux, la même vie faite de choses sombres et la même fausse bêtise sur le visage.

Si j’avais pu faire un film de Viser la tête il aurait sûrement ressemblé à ces images. Et si j’avais pu donner un visage aux filles que j’écris depuis 15 ans elles auraient sûrement ressemblé à Morgane.


un accompagnement musical à cette série ici